cejef CEJEF|lois

Option complémentaire : Géographie

Considérations

Dans le cadre de l’option complémentaire, nous veillerons à approfondir et à compléter les concepts fondamentaux de la géographie. nous aborderons également différents thèmes essentiels à la compréhension du monde contemporain, en les ancrant dans des réalités proches ou lointaines.

Si les effectifs de l’O.C. et les moyens matériels octroyés le permettent, nous travaillerons en mettant l’accent sur la démarche (la méthode) et le terrain.

Objectifs

Le cours de l’option complémentaire - degré 11 - offre un enracinement des concepts géographiques dans une réalité régionale et nationale. Cette proximité de l’espace étudié a pour objectifs - outre ceux de préciser les concepts et de les enraciner dans une réalité vécue - de permettre un travail individuel ou de groupe en partie sur le terrain, donc d’utiliser des méthodes et des outils particuliers moins utilisés dans le cadre de la discipline fondamentale.

Le cours de l’option complémentaire - degré 12 - travaille sur l’espace humain mondial. Il met en évidence les contrastes et les relations entre les différentes régions de la planète. Il travaille donc à une échelle plus réduite que le cours de l’année précédente et pose de nouvelles questions. Des éléments plus précis de géographie économique et des entités régionales sont aussi abordés.

Savoirs

Les programmes de l’option complémentaire précisent les concepts de la discipline fondamentale, élargissent le vocabulaire géographique, illustrent plus largement le propos dans le cadre régional proche (option degré 11) et plus lointain (option degré 12), et tissent des liens plus forts avec les autres disciplines, notamment avec l’histoire et l’économie.

 

GEOGRAPHIE REGIONALE DE PROXIMITE : LA SUISSE

1. ENTITES TOPOGRAPHIQUES ET MILIEUX

Comment se sont façonnés les paysages suisses ?

2. LA POPULATION DE LA SUISSE

Les Suisses vont-ils disparaître ?
Quels phénomènes migratoires demain en Suisse ?

3. ESPACE URBAIN ET ESPACE RURAL

Comment se réaménage le territoire suisse ?
Quelles sont les incidences spatiales de l’évolution de l’économie suisse ?

4. LA SUISSE NŒUD DE COMMUNICATION

Rail - route : concurrence ou complémentarité ?

5. LA SUISSE ET L’EUROPE

L’Europe, un marché vital pour la Suisse ?
La Suisse a dit non à l’EEE; et maintenant ?

 

GEOGRAPHIE REGIONALE DE PROXIMITE : L’ARC JURASSIEN FRANCO - SUISSE

1. CARACTERISTIQUE GEOLOGIQUES, TOPOGRAPHIQUES ET HYDROLOGIQUES

Quelle est l’origine du karst jurassien ?
Comment une cluse évolue-t-elle ?

2. POPULATION DE L’ARC JURASSIEN

Pourquoi l’Arc jurassien se dépeuple-t-il ?

3. UN ESPACE DE FRONTIERE

Quels sont les avantages et les inconvénients d’un espace transfrontalier ?

 

CONTRASTES DE L’ESPACE MONDIAL

1. PEUPLEMENT ET POPULATION

A diverses échelles (planétaire, continentale, régionale), comment se répartissent les hommes ?
Comment évoluent les populations de quelques grands ensembles géographiques ?

2. DEVELOPPEMENT ET POLES D’IMPULSION ECONOMIQUE

Qu’est-ce que le développement ? Comment identifier les écarts de développement ?
Les inégalités de développement sont-elles uniquement internationales ?
Le schéma simple opposant le "Nord" et le "Sud" est-il toujours valable ?
Quelles aides possibles au développement ?
Quels sont les grands pôles mondiaux d’impulsion économique ?
Quelle hiérarchie peut-on établir entre ces centres ?

3. LA PLANETE GEOPOLITIQUE

Nouvel ordre ou nouveau désordre mondial ?
Quelles recompositions territoriales ?

 

ESPACES INTERDEPENDANTS

1. LA MOBILITE DES HOMMES

Comment et sous quelles formes la mobilité des hommes s’accroît-elle dans les sociétés modernes ?
Quelle est l’ampleur des migrations internationales ?
Qu’est-ce que le tourisme ? Quelle est l’ampleur des flux touristiques ?
Quels sont les grands espaces touristiques dans le Nord et le Sud ?
Quel est l’impact du tourisme (culturel, économique, social et environnemental) ?

2. LA MONDIALISATION DES ECHANGES

Comment évoluent les échanges internationaux ?
Quels sont les facteurs de la mondialisation des échanges ?

3. LES FLUX DE MARCHANDISES ET L’INTERDEPENDANCE DES ESPACES ECONOMIQUES

Quels grands flux animent le marché mondial des marchandises ?
Pourquoi les échanges énergétiques jouent-ils un rôle essentiel dans l’économie mondiale ? Les flux de céréales, à quoi servent-ils ?

4. LES FLUX D’INFORMATION ET DE CAPITAUX

Comment le développement mondial des flux de capitaux et d’information modifie la manière dont les hommes occupent l’espace à différentes échelles ? 

 

ETATS IMPORTANTS DE L’ESPACE MONDIAL

et/ou

ENTITES REGIONALES SUPRANATIONALES SIGNIFICATIVES

EXEMPLES

1. LES ETATS-UNIS

A quoi voit-on que les Etats-Unis sont une puissance mondiale ?
Comment les hommes mettent-ils en valeur leur espace ?
Est-ce que toutes les régions bénéficient de la puissance des Etats-Unis ?

2. LA RUSSIE

Quel rôle le système soviétique jouait-il dans la société ? les mentalités ? l’organisation économique et spatiale ?
La Russie à la recherche de nouveaux équilibres ?
Un acteur important de l’espace mondial ?

3. L’AIRE PACIFIQUE

Vers une affirmation progressive ?
Un espace d’affrontements ?
Une aire très fragmentée et peu cohérente ?

Le (la) lycéen(ne) qui a suivi l’option complémentaire de géographie doit, en plus des savoirs de la DF :

  • connaître et comprendre l’organisation de son espace de proximité ainsi que son évolution;
  • connaître les principaux contrastes de l’espace mondial;
  • appréhender les échanges à la base du système monde;
  • approcher une ou deux superpuissances et une entité supranationale significative du système monde.

Savoir-faire

L’option complémentaire travaille sur les mêmes savoir-faire que la discipline fondamentale mais apporte quelques éléments nouveaux car l’accent y est mis, dans la mesure du possible, sur les travaux des élèves (travaux personnels ou collectifs). Ces savoir-faire spécifiques à l’option complémentaire sont :

  • être capable d’organiser son travail individuellement ou en groupe dans le cadre de la classe et à l’extérieur (planification du travail, répartition des tâches, agenda, animation de groupe);
  • avoir observer ou rechercher l’information, c’est-à-dire utiliser de manière appropriée des méthodes d’observation et d’enquête (observation visuelle, mesures, entretiens, etc.);
  • savoir mettre en forme (retransmettre) et classifier les observations effectuées. Observer est une chose, organiser ses observations en est une autre. Plusieurs modalités peuvent intervenir ici : le schéma, le tableau statistique, la grille d’entretien, etc. Chaque outil correspondant à une recherche particulière.

Si la discipline fondamentale travaille surtout à l’analyse de l’information et à sa mise en forme, l’option complémentaire regarde également la démarche. En d’autres termes, la construction de l’information devrait mener le (la) lycéen(ne) à une démarche géographique rigoureuse composée des étapes suivantes :

  • observation et lecture
  • questionnement
  • inventaire, classification
  • analyse, explication, synthèse

Savoir-être

Les savoir-être de l’option complémentaire confirment ceux de la discipline fondamentale en les précisant de deux manières :

1° la valorisation de la démarche - si cela s’avère possible (voir effectifs et moyens) - met explicitement en avant la régularité dans le travail, la persévérance, la vision à moyen terme, etc. Elle privilégie la construction consciente et maîtrisée d’un sujet;

2° le travail en groupes sera privilégié dans la mesure du possible. Cela va favoriser les débats et les échanges d’idées. L’option complémentaire offre donc une place particulière à la discussion et à l’écoute de ceux que l’on connaît.

La première année de l’option essaiera - si les effectifs et les opportunités le permettent - de travailler en phase directe avec la réalité, donc de découvrir les acteurs et les enjeux de la région. Cette perspective s’appuie sur une nécessaire écoute de l’autre, écoute déjà valorisée par les travaux de groupes, mais demandant l’effort supplémentaire qu’est l’adaptation à des interlocuteurs que les élèves ne fréquentent pas habituellement.

Travailler en phase directe avec la réalité modifie le regard que l’on porte sur le territoire comme sur les événements qui s’y passent. Etre capable de décoder à l’aide d’outils théoriques les faits est une chose, savoir regarder les faits à décoder en est une autre ! Ainsi, l’option devrait apporter aux lycéens(nes) une envie de déterminer ces faits et de découvrir le sens caché de la réalité.

Evaluation

Les objectifs principaux de l’option sont la maîtrise d’un vocabulaire spécifique, de certains outils de travail et - dans la mesure ou sa spécificité pourra exister - des compétences dans l’utilisation d’une démarche méthodologique et l’approche du terrain. Les modalités de l’évaluation sont donc identiques à celle de la discipline fondamentale pour ce qui est des deux premiers éléments, mais prennent des formes plus axées vers le travail de recherche pour ce qui est des deux dernières.

Il peut s’agir par exemple de travaux de collecte d’informations (entretiens, bibliographie, mesures de terrain), de présentation de démarche (avec la question posée et les hypothèses), d’un travail de vérification, etc. Bien évidemment, ces travaux peuvent se faire individuellement ou en groupe, être présentés par écrit et/ou par oral. Par leur diversité, ils doivent permettre d’une part, à des élèves différents de révéler leurs capacités, et d’autre part, de mesurer différents types de compétences et de savoirs.

Par ailleurs, comme précédemment dit (voir l’évaluation dans la discipline fondamentale), nous veillerons à assurer la transparence de l’évaluation vis-à-vis des élèves, en expliquant le plus clairement possible ses modalités et nous accompagnerons nos notes chiffrées de commentaires afin que la note puisse jouer un double rôle bilan et formateur.